mardi 30 juin 2009

Une marseillaise à Paris, le remake

Hier j'étais de nouveau en partance pour Paris! Au programme il y avait des colis à réceptionner, des adresses à tester, d'autres à découvrir et surtout profiter des soldes...

En arrivant à la gare de Lyon, j'ai tout de suite sauté dans un métro direction la bourse pour récupérer une commande rue de la Banque. C'est un quartier que je ne connaissait pas du tout et j'ai découvert la galerie Vivienne, le site Richelieu de la Bnf, que je n'avais jamais vraiment pu identifier sur une carte, et le square Louvois.

Avant de partir je m'étais rendu compte que la rue de la banque était à proximité de Zen Zoo, vu ici et , où l'on sert des Bubble Tea,du thé au lait aromatisé avec de petites boules de tapioca. Alors évidemment la nouveauté, les émules de cette exotique boisson qui se multiplient sur internet et la curiosité m'ont poussé rue Chabannais.

J'ai été beaucoup moins enthousiaste sur le Bubble tea que les autres bloggeurs, le goût n'était pas mauvais (amande et noix de coco) et l'originalité au rendez-vous, mais j'ai trouve ça trop sucrée limite écœurant, les petites boules de tapioca sans grand intérêt gustatif et pour un prix exorbitant (4€50 le verre).

En passant, j'avais repéré un restaurant libanais rue de la banque, étant un peu pressé j'ai testé la boulangerie accolée au restaurant, L de Liza.

J'ai commandé un club au pain rustique à l'agneau qui était très gouteux et très copieux, d'ailleurs je n'ai pas pu finir et le serveur m'a proposé de me l'emballer. Ma maman, venue faire les boutiques avec moi, a commandé un man'ouché, un sandwich au four qui selon l'intéressée était délicieux.

Après m'être lestée de quelques centaines calories, j'ai été prises dans une marée humaine au Galerie Lafayette et j'ai très vite rebroussé chemin direction les boutiques de créateurs du marais. Dans une chaleur digne d'une canicule marseillaise, J'ai bu du thé glacé aux oranges au palais des thés, fais chauffer la carte bleue chez Lynn Adler, devisé de l'utilité d'un robe longue avec ma mère, essayé la moitié du magasin la fée maraboutée, fais semblant de ne pas avoir vu comptoir des cotonniers pour ne pas y rentrer (et achever ma carte bleue par la même occasion) et j'ai surtout beaucoup marché à l'ombre sur les rues pavées...

Et comme lors de toutes mes escapades parisiennes, j'ai passé une très bonne journée!

dimanche 28 juin 2009

Du manque de temps

Ces derniers temps, mon emploi du temps était surchargé, mes journées interminables et la fatigue n'a pas tardé à pointé son nez. Il manque quelques billets sur Cuba (promis mardi je vous livre la suite!), des réponses à vos commentaires et plein de choses à dire!!
Maintenant que j'ai un peu de temps je vais pouvoir revenir à plein temps, alors à très vite...

jeudi 25 juin 2009

La citation du jeudi

« Drôle et inconcevable idée qu'ont les gens de s'attacher à un endroit comme des huîtres à leur banc, quand il y a tant à voir de par le vaste monde et tant d'horizons à savourer.»
Alexandra David-Néel

jeudi 18 juin 2009

La citation du jeudi

« Il convient de se laisser porter sans réticences aux contretemps qui seuls vous emportent sur le chemin de la découverte, de l'inattendu » Flaubert

mardi 16 juin 2009

Cuba première partie

Cette semaine nous traversons l'Atlantique pour découvrir la plus grande île des Antilles : Cuba. Suivez-moi aujourd'hui nous partons à la découverte de la Havane...

L'avion à peine arrivé, nous nous dirigeons vers l'hôtel, le Mercure Sevilla. Dans cet hôtel au charme désuet, le plus intéressant est la splendide vue de la havane que l'on peut observer du bar en sirotant un mojito!



Après une bonne nuit de sommeil qui efface la fatigue du trajet transatlantique et le décalage horaire (et le mojito...), une visite de la vieille ville s'impose. Allons s'émerveiller place de la cathédrale devant un danseur de salsa entouré de palais majestueux ou rire devant un vieille femme fumant un énorme cigare.


Puis flâner plaza de armas entre les bouquinistes dans la chaleur étouffante avant de se perdre dans la foule rue Obispo et de découvrir les plus anciennes bâtisses de la capitale sans oublier l'hôtel Ambos Mundos où Hemingway avait une chambre! Et puis, découvrir les palais rénovés de la place veja et le capitole avant d'aller se promener sur El Maleçon, une corniche désuète où les cubains pêchent ou se baignent. Et pour rejoindre la plaza della revolùcion, il suffit de héler un cocotaxi, ces drôles de véhicules au croisement de la moto et du pousspouss qui repeints dans le style des taxis New Yorkais sont un moyen de transport très atypique! Pour quelques cuc , peso convertible cubain, (et quelques émotions fortes) vous pourrez vous rendre plaza della revolùcion pour imaginer les événements marquants (discours interminables de fidel Castro, lancement de la campagne d''alphabétisation, la cérémonie d'adieu au Che etc..) de l'histoire moderne de l'île sous le regard bienveillant du Che Guevara.


Il faut savoir que 20 euros, à Cuba, équivaut à un mois de salaire pour un médecin en fin de carrière. Les touristes (et leurs billets) sont donc très convoités et , les pièges à touristes et les quémandages sont légions!


samedi 6 juin 2009

Clafoutis

Mon cerisier est émaillé de rouge : c'est la saison des cerises et des clafoutis! Je vais vous livrer la recette familiale de clafoutis, léger et fruité : un régal!


Ingrédients :

500g de cerises dénoyautées et lavées
60g de beurre
4 œufs
25dL de lait de soja à la vanille
100g de farine
60g de sucre
1 bouchon de rhum brun

Faire amollir 50g de beurre. Dans un saladier, placer la farine et au centre 3 jaunes d'œufs et 1 œuf entier, le beurre et le sucre. Travailler et délayer la pâte avec le lait froid en le versant par petits filets. Ajouter le rhum. Enduire le plat de beurre et l'enfariner, le garnir de cerises (elles doivent en tapisser le fond) et verser la pâte. Faire cuire à feu moyen (th 6) pendant 30 min.

Le servir bien frais, c'est encore meilleur!

mercredi 3 juin 2009

Polynésie Française cinquième partie

Ce matin nous nous envolons vers la dernière escale de notre voyage, Tahiti. Il s'agit de la plus grande et de la plus peuplée des îles Polynésiennes.


Papeete est le chef-lieu de la Polynésie Française, on y trouve des boutiques de luxe, des embouteillages, des fast food, et l'activité d'une ville française avec la chaleur en plus! Allons flâner au fameux marché Mapuru, ouvert du lundi au dimanche de 5h30 à 18h. Au rez-de-chaussée, le marché aux poissons côtoie celui des produits locaux d'où s'échappe des effluves de vanille, de fleurs et de fruits exotiques. A l'étage, on se faufile entre les étals de souvenirs où se pressent nombre de touristes venus acheter des paréos multicolores, des coquillages gravés, des ukuleles ou se faire tatouer dans les petites échoppes du marché. Pourquoi pas se promener sur le port pour voir les gros cargos côtoyés les paquebots de luxe qui font rêver à de magnifiques croisières sur le pacifique... A la nuit tombée, sur le port, les baraques de nourritures s'animent et les polynésiens s'y pressent pour manger en famille. A 5 minutes du centre de Papeete une immense plage de sable noir nous attends pour une après-midi farniente sous les cocotiers.


Partons à la découverte de l'île! Direction le musée de Tahiti et ses îles à Punaauia pour tout savoir sur la faune et la flore, la culture et l'histoire de la Polynésie. Un peu plus loin, à Paea, se trouve l'un des plus beaux maraes* de Polynésie : le marae Arahurahu. D'ailleurs tous les ans au mois de juillet, il est le décor d'une grande reconstitution historique. Puis longeons la côte jusqu'à Papeari pour visiter le musée de Gauguin, ses oeuvres, sa philosophie et sa vie à Tahiti.


A Taravao, il est possible de bifurquer vers la presqu'île demeurée sauvage pour découvrir des sites archéologiques empreint de légendes ou simplement de s'arrêter à Teahupoo pour admirer la grâce des surfeurs sur un des plus beaux spots au monde. Ensuite direction les trois cascades à Faarumai, la balade est très belle, végétation luxuriante et cascades impressionnantes, mais il faut prévoir des chaussures adéquates sans quoi le petit chemin glissant longeant la cascade peut devenir dangereux. Juste avant Papenoo, il faut voir le trou du souffleur à gauche sur la route (il est difficile de s'arrêter). Dans un vacarme impressionnant, un puissant jet d'eau jaillit de la falaise abrupte! C'est en fait l'eau de mer qui passe sous la route où elle monte en pression pour ressortir par un trou sur la falaise. Nous voilà maintenant à Mahina, c'est là (dans la baie de Matavai) que débarqua la capitaine Cook. C'est sur la point de Venus que se dresse l'unique phare de l'île.


On débouche, ensuite, sur le promontoire du Tahara'a où la vue sur la côte est splendide. Parfait pour admirer un couché de soleil!

Et pourquoi pas avant de partir garder un souvenir indélébile de ce beau voyage? Pour un tatouage polynésien, allez voir Pirato Thierry au Carrefour de Punaauia. Il est très sympathique et réputé sur l'île.

Il est temps, pour nous, de quitter cet endroit paradisiaque pour de nouvelles aventures!

*Marae : espace consacré à des activité socio-religieuse ou cérémonielles. Le terme marae fut traduit par les premiers navigateurs par le mot temple, cependant, il était bien plus qu'un centre d'activité religieux. C'était également un lieu de vie sociale et politique.